Johnny Clarke

Genre reggae, roots reggae, dub, roots, jamaica

Johnny Clarke est chanteur de reggae jamaïcain né à Whitfield Town en Jamaïque le 12 janvier 1955.
Il grandit dans un ghetto de sa ville natale. À 17 ans, il enregistra sa première chanson, intitullée "God Made The Sea & Sun".

Le seul moyen de se sortir du ghetto est alors les gang ou la musique. Johnny opte pour le second choix et participe à de nombreux concours de chants. Il en gagne finalement à 17 ans. Repéré par le producteur Rupie Edwards, il enregistre son premier single God made the sea and the sun sur le label Success. Mais le succès n’étant pas au rendez-vous, il persévère avec deux titres July et Everyday Wandering qui connaissent une meilleure réception du public. Malheureusement Johnny et Ruppie ont quelques problèmes d’ententes ce qui les mène à la rupture.

En 1974, Johnny Clarke rencontre Bunny Lee, l’un des producteurs les plus influents de l’île. ce dernier va en faire le leader de son équipe de chanteur qui comporte à l’époque Horace Andy, Linval Thompson et autres Cornell Campbell. C’est l’époque de très nombreux tubes comme Move Out of Babylon Rastaman, None shall escape the judgment, le titre de son premier album sorti chez Total Sound, Rock With Me Baby, Enter Into His Gates With Praise, qui donne son nom à un autre album de Johnny, et une reprise de No woman no cry qui fait un carton dans son île natale.

Grâce à cette collaboration Johnny Clarke signe chez Virgin et va sortir, toujours avec Bunny Lee aux manettes, parmi ses meilleurs morceaux : Cold it Up, Too Much war, Tears on my pillow et bien sûr Rockers time is now.

Avec le début des 80’s, Johnny Clarke connaît un succès décroissant au même titre que son producteur et mentor Bunny Lee. Installé au Royaume-Uni, Johnny Clarke travaille alors avec Mad Professor, Jah Shaka, Steely & Clevy et sort deux albums « Yard Style » (sur lequel on peu apprécier Nuclear Weapon et Mount Zion) et « Give Thanks ». Il enregistre un très bon album de digital avec le roi en la matiere: King Jammy, avec Think About It où il demontre qu'il est toujours d'actualité.

Il sort en 1997 un nouvel album produit par Niney the Observer, « Rock with me », mais c’est véritablement grâce au label Blood & Fire qui sort une compilation de ses meilleurs titres de sa plus belle époque « Dreader Dread : 1976-78 » qu’il se rappelle à notre bon souvenir.


Source

Johnny Clarke est chanteur de reggae jamaïcain né à Whitfield Town en Jamaïque le 12 janvier 1955.
Il grandit dans un ghetto de sa ville natale. À 17 ans, il enregistra sa première chanson, intitullée "God Made The Sea & Sun".

Le seul moyen de se sortir du ghetto est alors les gang ou la musique. Johnny opte pour le second choix et participe à de nombreux concours de chants. Il en gagne finalement à 17 ans. Repéré par le producteur Rupie Edwards, il enregistre son premier single God made the sea and the sun sur le label Success. Mais le succès n’étant pas au rendez-vous, il persévère avec deux titres July et Everyday Wandering qui connaissent une meilleure réception du public. Malheureusement Johnny et Ruppie ont quelques problèmes d’ententes ce qui les mène à la rupture.

En 1974, Johnny Clarke rencontre Bunny Lee, l’un des producteurs les plus influents de l’île. ce dernier va en faire le leader de son équipe de chanteur qui comporte à l’époque Horace Andy, Linval Thompson et autres Cornell Campbell. C’est l’époque de très nombreux tubes comme Move Out of Babylon Rastaman, None shall escape the judgment, le titre de son premier album sorti chez Total Sound, Rock With Me Baby, Enter Into His Gates With Praise, qui donne son nom à un autre album de Johnny, et une reprise de No woman no cry qui fait un carton dans son île natale.

Grâce à cette collaboration Johnny Clarke signe chez Virgin et va sortir, toujours avec Bunny Lee aux manettes, parmi ses meilleurs morceaux : Cold it Up, Too Much war, Tears on my pillow et bien sûr Rockers time is now.

Avec le début des 80’s, Johnny Clarke connaît un succès décroissant au même titre que son producteur et mentor Bunny Lee. Installé au Royaume-Uni, Johnny Clarke travaille alors avec Mad Professor, Jah Shaka, Steely & Clevy et sort deux albums « Yard Style » (sur lequel on peu apprécier Nuclear Weapon et Mount Zion) et « Give Thanks ». Il enregistre un très bon album de digital avec le roi en la matiere: King Jammy, avec Think About It où il demontre qu'il est toujours d'actualité.

Il sort en 1997 un nouvel album produit par Niney the Observer, « Rock with me », mais c’est véritablement grâce au label Blood & Fire qui sort une compilation de ses meilleurs titres de sa plus belle époque « Dreader Dread : 1976-78 » qu’il se rappelle à notre bon souvenir.


Source

Top Titres

None Shall Escape the Judgement 1

None Shall Escape the Judgement

Declaration Of Rights 2

Declaration Of Rights

Blood Dunza 3

Blood Dunza

Enter Into His Gates With Praise 4

Enter Into His Gates With Praise

Every Knee Shall Bow 5

Every Knee Shall Bow

Crazy Baldhead 6

Crazy Baldhead

Dread A Dread 7

Dread A Dread

African Roots 8

African Roots

Rebel Soldiering 9

Rebel Soldiering

Simmer Down 10

Simmer Down

Top Albums

A Ruffer Version: Johnny Clarke At King Tubby's 1974-78
A Ruffer Version: Johnny Clarke At King Tubby's 1974-78
pistes
Authorised Rockers
Authorised Rockers
pistes
Dreader Dread
Dreader Dread
pistes

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article